Avec les armes de la poésie

 

Dans les graves conjonctures où nous sommes, il n’est pas évident de défendre un lieu pour la création, la pensée, le vivre ensemble.
Pourtant, la crise que nous traversons est aussi et surtout culturelle car elle remet en cause les modèles et les représentations que les sociétés ont d’elles-mêmes. Le désarroi suscité par le contexte actuel exprime bel et bien une crise de notre imaginaire collectif.

Un Théâtre, c’est un lieu des possibles, une utopie concrète qui fait se rencontrer artistes, techniciens, administratifs et publics. Publics de tous horizons, de tous milieux, de tous âges.

Ce à quoi nous œuvrons quotidiennement et sans relâche, c’est à la préservation et à la réinvention d’un espace commun pour le développement de nos imaginaires, de notre regard, à la défense d’une « écologie de l’esprit ». Un lieu pour le dialogue, où plaisir et sens critique offrent à chacun les chemins d’une réflexion singulière, pour sortir des sentiers battus, des pensées toutes faites, pour nous préserver de l’ignorance, de la bêtise et de la haine de l’autre.
Par le renouvellement des écritures scéniques, la découverte de nouveaux auteurs, la présence au quotidien des artistes, l’ouverture et le partage de nos Théâtres aux populations les plus larges et les plus diverses, nous cherchons à maintenir cette essentielle agora démocratique pour questionner en permanence nos représentations du monde et du réel.

« L’art, c’est la revanche des sensibles sur les intelligents », disait Fernand Léger, et c’est en cela qu’il est une chance pour chacun.

La Comédie vous propose un état de la création théâtrale d’aujourd’hui.

Dialogue des esthétiques et des générations, ouverture à la danse, nouveaux rendez-vous pour mieux percevoir les démarches artistiques : cette nouvelle saison doit être l’occasion de découvertes et d’étonnements. Il y a du plaisir à oser l’inconnu, à partager une proposition artistique, à s’émouvoir d’un acte inattendu.

La Comédie, c’est aussi une des onze Écoles supérieures d’art dramatique françaises. C’est le creuset des comédiens de demain, le bouillonnement d’une jeunesse ivre d’un nouveau théâtre. En 2012, L’École de la Comédie de Saint-Étienne fête ses 30 ans. Quel plus beau symbole pour s’interroger ensemble sur la place des enseignements et des pratiques artistiques aujourd’hui en France et en Europe ?

Je veux ici remercier le public qui nous témoigne une fidélité et une dynamique renouvelées ; toute l’équipe de la Comédie qui s’investit au quotidien pour faire vivre ce théâtre avec chaleur et fierté ; et nos tutelles (État, Ville de Saint-Étienne, Conseil général de la Loire, Région Rhône-Alpes) qui nous soutiennent dans le développement et la reconstruction du Centre dramatique national.

Ensemble, nous faisons vivre la Comédie de Saint-Étienne, symbole d’une démocratie vitale et active.
Je vous souhaite plaisir et bonheur tout au long de cette saison 2012/2013.

Arnaud Meunier